RAPPORT ANNUEL 2011-2012

Comme par magie

Comme par magie explore la magie de rue avec l’illusionniste Luc Langevin, spécialiste de micro magie. Se servant d’accessoires de la vie quotidienne et de son bagage scientifique, il exécute d’impressionnants numéros dans des lieux publics.

Season of Song

Les Canadian Tenors sont rejoints par une distribution de stars qui interprètent des classiques du temps des fêtes et les chansons favorites des fans des Tenors.

Mixmania

Mixmania 2 c'est !'ascension de deux groupes musicaux constitués d

Volet convergent

Le volet convergent appuie des projets canadiens à plateformes multiples qui doivent comprendre un contenu qui sera produit afin d’être distribué sur au moins deux plateformes, dont la télévision. Plus précisément, au moyen de ce volet, le Fonds des médias du Canada (FMC) finance la création d’émissions télévisuelles et de contenu connexe destiné aux médias numériques dans les quatre genres sous-représentés suivants : dramatiques, documentaires, émissions pour enfants et jeunes ainsi que variétés et arts de la scène. La composante médias numériques exigée doit comporter un contenu interactif riche et élaboré, et peut inclure des jeux, du contenu Web interactif, du contenu sur demande, des baladodiffusions, des webisodes et des mobisodes, par exemple. Le volet convergent vise à soutenir l’accès à du contenu canadien partout, en tout temps, dans l’appareil du choix de l’utilisateur.

Les programmes et les mesures incitatives qui constituent le volet convergent visent à encourager la production dans toutes les régions du Canada et dans les diverses langues parlées par les Canadiens. La majorité du financement du volet est versée au moyen du Programme des enveloppes de rendement Financement dans le cadre du volet convergent. 

Financement du volet convergent

En 2011-2012, le FMC a versé 312,5 millions de dollars pour financer la production de plus de 509 projets convergents, soit une hausse de 8 % par rapport à 2010-2011, ce qui a permis de produire près de 2 800 heures de nouveau contenu. En 2011-2012, le financement total octroyé à la composante télévision a été de 12 % supérieur à la moyenne des cinq dernières années. De son côté, le financement versé à la composante médias numériques a augmenté de 48 % comparativement à la première année du volet, 60 projets de plus ayant reçu des fonds (177 projets comparativement à 117, soit une hausse de 51 %). En 2010-2011, la proportion entre le financement et le budget s’établissait à 3,5:1, mais elle s’est fixée à 3,9:1 en 2011-2012. Les budgets convergents totaux ont déclenché une augmentation de 19 %.

Langue française

Sur le marché francophone, les dramatiques ont reçu 48 % du financement, suivies des documentaires (24 %), des émissions pour enfants et jeunes (17 %) et des émissions de variétés et arts de la scène (11 %). Au total, 3,8 millions de dollars de plus que la moyenne des cinq dernières années ont été versés aux émissions de ce dernier genre. Les dramatiques de langue française constituent le seul genre ayant connu une baisse du financement même si le budget à l’heure a augmenté de 7 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Langue anglaise

Parmi les émissions de langue anglaise dans les genres soutenus par le FMC, ce sont les dramatiques qui ont reçu la plus grande part de financement (56 %), suivies des émissions pour enfants et jeunes (20 %), des documentaires (18 %) et des émissions de variétés et arts de la scène (6 %). Les devis des dramatiques de langue anglaise ont nettement augmenté : de 18 % par rapport à 2010-2011 et de 25 % comparativement à la moyenne des cinq dernières années. La part des budgets des dramatiques de langue anglaise du FMC est passée de 29 % en 2010-2011 à 23 % en 2011-2012. La contribution du FMC aux émissions de variétés et arts de la scène de langue anglaise est passée de 3,6 millions à 11,6 millions de dollars en 2011-2012, et le devis moyen des émissions de ce genre a plus que doublé. Le financement de la composante médias numériques des dramatiques de langue anglaise a augmenté de 30 %, mais le devis moyen par projet a diminué. Le nombre de composantes médias numériques de langue anglaise financées a augmenté dans tous les genres.

  2011-2012
TV MN Convergent
Financement M$ Heures Budget moyen/heure K$ Financement M$ Financement M$ # Budgets M$
Enfants et jeunes 16,6 445 146 0,5 17,1 35 67,5
Documentaire 23,4 416 159 1,0 24,4 127 68,3
Dramatique 46,0 307 512 0,9 46,9 29 160,0
Variétés et arts de la scène 11,0 466 159 0,3 11,3 48 75,6
Total Français 97,0 1 634   2,7 99,7 239 371,4
Enfants et jeunes 39,2 353 445 3,1 42,3 44 163,4
Documentaire 36,0 366 342 0,7 36,7 143 127,0
Dramatique 112,1 298 1 668 1,3 113,4 40 499,8
Variétés et arts de la scène 11,6 72 474 0,1 11,7 15 34,6
Total Anglais 198,9 1 089   5,2 204,1 242 824,8
Autochtone 6,2 62 184 1,0 7,2 18 13,5
Diversité linguistique 1,2 16 250 0,3 1,5 10 4,8
Total - toutes langues 303,3 2 801   9,2 312,5 509 1 214,5

 

  2010-2011 Moyenne des 5 années précédentes
TV MN TV
Financement M$ Heures Budget moyen/heure K$ Financement M$ Financement M$ Heures Budget moyen/heure K$
Enfants et jeunes 14,6 369 147 0,5 13,0 341 141
Documentaire 22,0 380 165 0,7 22,9 397 164
Dramatique 47,7 383 430 0,5 46,9 310 477
Variétés et arts de la scène 9,5 359 156 0,4 7,2 234 162
Total Français 93,8 1 491   2,1 90,0 1 282  
Enfants et jeunes 37,6 304 512 1,6 36,4 312 556
Documentaire 29,6 281 356 0,4 30,2 349 323
Dramatique 111,8 273 1 408 1,0 107,8 265 1 335
Variétés et arts de la scène 3,6 57 219 0,0 3,6 48 267
Total Anglais 182,6 915   3,0 178,0 974  
Autochtone 4,8 67 152 1,0 3,6 60 177
Diversité linguistique 0,9 18 158 0,1 n.a. n.a. n.a.
Total - toutes langues 282,1 2 491   6,2 271,6 2 316  
2006-2007 à 2010-2011, sans Diversité linguistique

 

Financement du FMC - projets convergents par rapport aux budgets de production

 

Deuxième plateforme

En 2011-2012, les projets étaient jugés convergents si la composante télévision :

  • était complétée par une ou par plusieurs composantes médias numériques (MN);
  • a été diffusée par l’intermédiaire d’une distribution numérique non simultanée; ou
  • a été diffusée par un service de vidéo sur demande (VSD) titulaire d’une licence de diffusion du CRTC.

La part du financement consacré à des projets convergents assortis d’une composante médias numériques a augmenté dans les deux marchés linguistiques, mais la hausse a été plus importante dans le marché francophone (sept points) que dans le marché anglophone (un point). Tous les projets des programmes autochtones et de diversité linguistique ont fait appel aux médias numériques comme deuxième plateforme plutôt qu’à la distribution numérique ou à la VSD. Certains projets convergents étaient assortis d’une composante MN non financée par le FMC; ainsi, le nombre de projets convergents assortis d’une composante MN est plus important que le nombre de composantes MN financées (en proportion et en nombre).

La part du financement affecté à des projets diffusés par l’intermédiaire de la distribution numérique a grimpé de cinq points chez les projets de langue anglaise et a diminué de neuf points chez les projets de langue française. La part du financement versé à des projets diffusés par un service de VSD a reculé de six points chez les projets de langue anglaise et a augmenté de deux points chez les projets de langue française.

  2011-2012 2010-2011
Financement M$ Part de financement (%) # Convergent Part du nombre de projet Financement M$ Part de financement (%) # Convergent Part du nombre de projet
Médias numériques français 73,2 74 98 41 64,3 67 82 38
Distribution numériques 21,3 21 122 51 28,6 30 124 57
Video sur demande 5,2 5 18 8 3,0 3 10 5
Total 99,7 100 238 100 95,9 100 216 100
Médias numériques anglais 142,5 70 110 46 127,8 69 82 39
Distribution numériques 35,4 17 88 36 22,0 12 62 29
Video sur demande 26,2 13 44 18 35,8 19 68 32
Total 204,1 100 242 100 185,6 100 212 100
Médias numériques autochtone 7,2 100 18 100 5,4 93 15 100
Distribution numériques 0,0 0 0 0 0,4 7 1 0
Video sur demande 0,0 0 0 0 0,0 0 0 0
Total 7,2 100 18 100 5,8 100 16 100
Médias numériques diversité linguistique 1,5 100 10 100 0,6 60 5 100
Distribution numériques 0,0 0 0 0 0,0 0 0 0
Video sur demande 0,0 0 0 0 0,4 40 3 0
Total 1,5 100 10 100 1,0 100 8 100
Médias numériques toutes langues 224,4 72 236 47 198,1 69 184 41
Distribution numériques 56,7 18 210 41 51,0 18 187 41
Video sur demande 31,4 10 62 12 39,2 14 81 18
Total 312,5 100 508 100 288,3 100 452 100
Note: Un projet français de 2011-2012, qui a reçu 50 000 $, a été financé par le FCT et n'est pas convergent. Ce projet a été exclu des chiffres ci-dessus.

 

Retour Haut de la page

Sources de financement des projets du volet convergent

Retour Haut de la page

Télévision

Les télédiffuseurs ont fourni la part la plus importante du financement des projets de télévision de langue anglaise de tous les genres, la part la plus élevée de financement versé par les télédiffuseurs s’établissant à 43 % dans les émissions de variétés et arts de la scène. Dans l’ensemble, le FMC a versé 25 % du financement des productions de langue anglaise, ce qui le place au deuxième rang des bailleurs de fonds. La part du Fonds a été la plus élevée dans les genres de langue anglaise auxquels les bailleurs de fonds autres que les télédiffuseurs ont contribué le moins, soit les émissions de variétés et arts de la scène (plus de 33 %) et les documentaires (29 %). Les crédits d’impôt provinciaux et les sociétés de financement arrivent au troisième rang des bailleurs de fonds, à 19 % dans l’ensemble. Toujours sur le marché anglophone, les distributeurs ont contribué de façon importante aux dramatiques (17 %) et aux émissions pour enfants et jeunes (9 %). La part des producteurs de langue anglaise ne dépasse les 3 % dans aucun genre.

La part du financement des télédiffuseurs spécialisés et payants représente 47 % de toutes les contributions de télédiffuseurs versées aux projets de langue anglaise, les parts les plus élevées se trouvant dans les genres enfants et jeunes (89 %) et documentaires (70 %). La télévision anglaise de la CBC a fourni un peu plus du tiers de tout le financement des télédiffuseurs offert aux projets de langue anglaise, les parts les plus importantes ayant été observées dans les genres des émissions de variétés et arts de la scène ainsi que des dramatiques. Ce sont les télédiffuseurs généralistes qui ont joué le plus grand rôle dans le financement des dramatiques et des émissions de variétés et arts de la scène de langue anglaise.

La part des télédiffuseurs est plus élevée dans les projets de langue française que dans ceux de langue anglaise, à l’exception des documentaires. Les documentaires de langue française constituent en outre le seul genre auquel le FMC a contribué davantage que les télédiffuseurs (37 % contre 30 %). Dans l’ensemble, la part du FMC a constitué 27 % du financement des projets de langue française, la participation la plus faible du Fonds (15 %) étant observée dans le genre variétés et arts de la scène. L’investissement des producteurs représente moins de 2 % de tout le financement des productions de langue française.

En 2011-2012, la télévision française de Radio-Canada a été le plus important acquéreur de droits de diffusion de contenu télévisuel en français, et sa part est considérable dans tous les genres (de 23 % dans les émissions pour enfants et jeunes à 64 % dans les dramatiques). Sur le marché francophone, les télédiffuseurs généralistes se concentrent sur les dramatiques (30 % du financement) ainsi que sur les variétés et arts de la scène (44 %). Les télédiffuseurs spécialisés et payants ont fourni le tiers du financement des télédiffuseurs dans le genre des émissions pour enfants et jeunes, et un peu plus de la moitié dans le genre des documentaires. Les télédiffuseurs éducatifs ont fourni la part la plus importante (43 %) du financement des émissions pour enfants et jeunes de langue française.

Retour Haut de la page

Médias numériques

La composante médias numériques a attiré moins de partenaires financiers que la composante télévision.

Langue française

Les fonds privés ont joué un rôle important dans le financement des médias numériques de langue française, et ils représentent les plus importants bailleurs de fonds, leur part s’établissant au tiers du financement. Les télédiffuseurs de langue française ont offert un peu moins du tiers (31,7 %) du financement des projets MN, ce qui n’est pas beaucoup plus élevé que la part du FMC (30,4 %). L’investissement des producteurs de langue française était plus faible en comparaison, s’établissant à 3 % dans l’ensemble.

Langue anglaise

En général, le FMC est le principal bailleur de fonds des projets MN de langue anglaise (46 %).. Dans l’ensemble, les télédiffuseurs de langue anglaise ont fourni un peu moins du quart du financement des médias numériques. L’investissement des producteurs a été élevé, en particulier dans le genre des documentaires (20 %) et des émissions pour enfants et jeunes (9 %). La part des fonds privés dans le financement des projets MN de langue anglaise s’établit globalement à 8 %.

Retour Haut de la page